Traduire
Télécharger en PDF

La guerre en Syrie est terminée, mais les USA demeurent dangereux

Whatsapp
email
Linkedin
Facebook
Twitter
Partager sur
06 avril, 2018
Note d'analyse
Elijah J. Magnier


Selon une source digne de foi à Ankara, voici ce que les Présidents, russe, turc et iranien ont convenu lors de leur rencontre dans la capitale turque le mercredi 4 avril : « la guerre en Syrie est terminée, mais les forces armées US et les conséquences de leur dangereuse présence demeurent. Un changement de régime n’est plus possible et le régime syrien, plus solide que jamais, est aujourd’hui en mesure de changer la situation sur le terrain. Il est temps de mettre fin à al-Quaeda et à ce qui reste du groupe armé « État islamique » (Daech), et d’amorcer un processus de réconciliation nationale. »

 

 

Les présidents Vladimir Poutine, Recep Tayyib Erdogan et Hassan Rouhani ont reconnu l’importance d’une sécurité durable et de l’unité de la Syrie pour éviter des conséquences négatives sur l’énergie et le développement commercial en Turquie et en Syrie.

Le trio a convenu que le plus grand danger vient de l’establishment US qui veut créer un État pour les Kurdes à la frontière turco-syrienne, ce qui diviserait le Levant. Pour toutes les parties concernées, il a été clair qu’un grand danger menace à la fois la Syrie et la Turquie, par conséquent, il est impératif de contrecarrer le plan américain. L’unité de la Syrie doit être l’objectif de ces Présidents, cela commence par un appel au retour des réfugiés syriens dans leur pays. La Turquie a fermé les yeux sur ce qui vient de se produire dans la Ghouta orientale. En outre, les Présidents se sont également entendus sur un plan russo-turco-iranien visant à déjouer toute menace possible contre le régime syrien actuel et à favoriser une pleine collaboration aux prochaines élections présidentielles.

Ankara s’est montré tout à fait d’accord pour contrer toute menace possible contre le président, Bachar al-Assad, et s’est engagée à mettre fin à la guerre pour garantir sa propre sécurité. Les sept années de conflit en Syrie ont presque brûlé la Turquie à ses extrémités lorsque les Kurdes se sont dotés d’une armée forte avec le soutien des forces de la superpuissance américaine.

Les intérêts de ces trois pays divergent sur le dossier syrien et ce n'est pas étonnant. Cependant, ils s'entendent tous pour : empêcher la partition de ce pays, contrecarrer les plans des USA qui consistent à créer un État kurde, éliminer complètement Daech et al-Qaeda, en particulier au nord de la Syrie sous contrôle turc.

Toutes les zones qui n’ont pas été encore libérées par l’armée syrienne ne sont aujourd’hui que des détails dans le grand jeu et n’exercent plus d’influence sur l’avenir et la stabilité du pays.

Les trois Présidents ont aussi convenu que rien ne peut remplacer Genève et Astana, ils comprennent la nécessité de renouer le dialogue entre le gouvernement syrien et les groupes d’opposition qui restent. Par conséquent, il n’y a pas d’autre choix que d’encourager le président syrien à organiser les prochaines élections et, à cette fin, de mettre de la pression sur les pays avoisinants hôtes de réfugiés syriens pour qu’ils favorisent leur retour.

Ces trois principaux pays, qui exercent une influence significative sur le terrain syrien, se sont entendus pour collaborer à l’encontre du seul pays qui nage à contre-courant des événements en cours : les USA. Washington est devenu « l’ennemi », un ennemi complètement isolé qui défend son propre programme et qui refuse d’admettre qu’il ne peut plus changer le cours de la guerre en Syrie.

Cette rencontre importante a coïncidé avec la fin des hostilités dans la Ghouta orientale, qui est en train de sonner le glas de toutes les accusations : « recours à des armes chimiques » par l’armée syrienne ; bombardement du « dernier hôpital » et du meurtre du « dernier médecin ». Il n’y aura ainsi plus de « siège pour imposer la famine parmi des centaines de milliers de civils » et d’autres manipulations du genre du cours des événements au Levant par les médias institutionnels.

La Turquie a besoin de temps pour calmer et « nettoyer » le nord de la Syrie, parce qu’elle contrôle une diversité de militants provenant de toutes les couches de la société, dont les commanditaires et les programmes diffèrent. Ces militants sont devenus un fardeau pour ces mêmes commanditaires, car leur existence ne sert plus aucun objectif.

L’Iran a dépêché une toute petite unité de ses forces spéciales et de conseillers en Syrie, mais compte sur un nombre imposant d’alliés qui se retirent lentement, surtout depuis que l’armée syrienne s’est remise sur pied. La bataille de la Ghouta est la meilleure preuve qu’il n’y avait pas d’autres alliés sur le terrain.

Les relations économiques et commerciales russo-turques ont sensiblement augmenté, atteignant 22 milliards de dollars. Le président Erdogan a dit qu’il voulait atteindre 100 milliards de dollars, sans toutefois établir de calendrier précis. Ankara a choisi Moscou et Téhéran comme principaux alliés politiques et commerciaux, qu’il place avant ses relations avec Washington.

La rencontre d’Ankara inquiète vivement l’establishment US, mais le Président américain ne semble se préoccuper que de la façon dont il pourrait soutirer de l’argent à l’Arabie saoudite... Donald Trump met ainsi la vie des soldats américains en danger en exerçant son chantage à l’endroit de la monarchie saoudienne, qui veut que les forces US demeurent au nord-est de la Syrie. 

Elijah J.Magnier

Traduction Daniel G

Tags:
syrie; turquie, russie