Traduire

Archives



L’étendard de Daech et des vagues migratoires pour cacher la militarisation du Sahel


28 avril, 2018 Louis Doutrebente

L' État islamique va fomenter de nouvelles vagues migratoires au Sahel et à destination de l'Europe, selon le chef du Programme alimentaire mondial des Nations unies. Une annonce plus qu’alarmante ! Mais cette menace est-elle bien réelle ? Ou cache-t-elle plutôt une stratégie militaire d’envergure de la part des pays occidentaux ? Analyse.

Lire la suite

La CPI prend l'eau de toutes parts


13 oct, 2017 Leslie Varenne

Outre les révélations de Mediapart, sur lesquelles l’IVERIS reviendra dans un prochain article, la Cour Pénale Internationale (CPI) continue de toucher le fond.
En effet, le 11 octobre, Eric Bacard, fonctionnaire de la Cour depuis 2004, ancien expert en médecine légale auprès du Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie (TPIY), était entendu comme témoin lors du procès de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé. Son audition était fort ennuyeuse en apparence, mais en apparence seulement. En réalité, elle a mis en lumière des faits essentiels à la manifestation de la vérité et a également permis de prendre la mesure de l’amateurisme de cette justice internationale en matière scientifique.

Lire la suite




11 oct, 2017

 

Lire la suite

Les Etats-Unis impliqués dans le génocide rwandais ?


05 oct, 2017 Jean-Baptiste Mendès

Interview du Colonel Hogard et de Leslie Varenne sur la radio Sputnik. 

Le FPR de Paul Kagamé, soutenu par la CIA, serait, selon la presse britannique, à l’origine de l’assassinat du président rwandais, le 4 avril 1994, l’étincelle qui a déclenché le génocide. Sputnik revient sur cette histoire complexe qui mine toujours les relations franco-rwandaises, avec notamment le colonel Hogard, présent à Kigali en 1994.

Lire la suite

Le phénomène des microbes en Côte d'Ivoire


22 sept, 2017 Leslie Varenne

Interview de Leslie Varenne sur la chaîne France 24 dans l'émission Focus sur le phénomène des enfants appelés "microbes" qui terrorisent la population.

Lire la suite

Le cap d'Emmanuel Macron sur l'Afrique


11 sept, 2017

Interview de Leslie Varenne sur la radio Sputnik à propos du mini-sommet entre Présidents africains et européens, organisé à l'Elysée le 28 août dernier, pour tenter de résoudre la crise migratoire. 

Lire la suite

La guerre dans le Pool continue, l’indifférence aussi…


05 juil, 2017 Leslie Varenne

Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’actualité médiatique et l’agenda diplomatique, le conflit dans la région du Pool au Congo Brazzaville, commencé en avril 2016, se poursuit. Cette guerre déclarée contre le pasteur Ntumi, qui mène une résistance armée, et les habitants de cette région engendre chaque jour son lot de crimes contre l’humanité (1).

Lire la suite

Libye : jusqu'ici tout va mal...


28 juin, 2017 Leslie Varenne

Le 1er juin dernier, le groupe d’experts des Nations Unies pour la Libye a rendu public son rapport final (1). La seule lecture de la table des matières brosse le tableau apocalyptique de ce qu’est devenue six ans après la Jamahiriya de feu le colonel Kadhafi : enlèvements ; détentions arbitraires et tortures ; massacres ; exécutions sommaires de détenus ; attaques sans discrimination ; violations des droits fondamentaux des migrants ; contrebande de carburant ; trafic de migrants et traite des personnes ; ingérence des groupes armés dans les affaires des institutions publiques; et bien entendu violation de l'embargo sur les armes, etc.  

Lire la suite

La France au Mali


23 juin, 2017 Leslie Varenne

Intervention de l'IVERIS dans "Désordre mondial" sur la radio Sputnik, une émission animée par Rachel Marsden avec Thiambel Guimbayara, journaliste à la Voix du Mali et Emmanuel Dupuy, Président de l'IPSE.  

Lire la suite

Insécurité maritime et insécurité alimentaire


18 mai, 2017 Leslie Varenne

Les conférences organisées par le ministère des Armées ont le mérite d’être claires, précises, concises. Ce fut le cas, une nouvelle fois, ce 17 mai, pour celle portant sur le Golfe de Guinée et l’insécurité maritime, animée par le vice-amiral, Emmanuel de Oliveira, commandant en chef pour l’Atlantique. L’insécurité maritime touche les 18 Etats du Golfe de Guinée qui tous ont une très forte dépendance à la mer [1]. 

Lire la suite

La justice française refuse d’extrader un criminel de guerre kosovar


09 mai, 2017 Dinah Lee

Ramush Haradinaj, ancien commandant de la rébellion albanaise de l’UÇK pendant la guerre du Kosovo, a été interpellé en France en janvier dernier, suite à un mandat d’arrêt international lancé par la Serbie à son encontre en 2004 pour crimes de guerre. Le 27 avril dernier, la Cour d’appel de Colmar a refusé son extradition ; la Serbie, elle, a rappelé son ambassadeur pour consultation. Il revient désormais au gouvernement français de statuer sur son extradition.

Lire la suite




04 mai, 2017

 

Lire la suite

Alstom vendu à Bombardier ?


02 mai, 2017 Leslie Varenne

 

Alstom, scandale d’Etat, saison 2.

Résumé de la saison 1 : le 19 décembre 2014, l'assemblée générale des actionnaires d'Alstom a autorisé la vente des activités de sa branche Energie à General Electric (GE). La France capitulait devant son allié américain en lui cédant, dans des conditions litigieuses et rocambolesques, les activités rentables et stratégiques d’un de ses fleurons industriels.

Patrick Kron, PDG d’Alstom et artisan de cette vente à GE, motivait ainsi cette reddition en rase campagne : « les marchés sont en train de changer (...) et nous n'avons pas la taille critique". D'où la nécessité pour Alstom de « s'adosser à un concurrent qui a les reins suffisamment solides pour affronter la concurrence. C'est la garantie de l'emploi pour les salariés. » Par ailleurs, le produit de la vente de la branche Energie devait renflouer la branche Transports et lui assurer un avenir pérenne.

Lire la suite

CPI : Autopsie d'un naufrage judiciaire.


10 janv, 2017 Leslie Varenne

Partie II :

Retour sur la tuerie des femmes d'Abobo

 

Préambule

Lors de sa première note sur ce procès, l’IVERIS avait pris l’engagement de revenir sur une des quatre charges retenues contre Laurent Gbagbo et son co-accusé Charles Blé Goudé. Il s’agit de la marche des femmes dans le quartier d’Abobo à Abidjan, le 3 mars 2011, au cours de laquelle au moins sept femmes ont trouvé la mort. La tuerie des femmes d’Abobo est un événement crucial de l’histoire ivoirienne puisqu’il conduira au vote, le 30 mars 2011, de la résolution 1975 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies. C’est sous le prétexte de cette résolution, qui autorisait la France et l’ONU à détruire les armes lourdes de l’armée ivoirienne afin de protéger les populations civiles, que ces forces ont mené une guerre en Côte d’Ivoire en violation de la charte des Nations Unies [1]. L’auteur de ces lignes a enquêté sur le sujet et a publié en février 2012 aux éditions Mille et une nuits un livre sur la crise post-électorale et la guerre de 2011, intitulé « Abobo-la-guerre, Côte d’Ivoire, terrain de jeu de la France et de l’ONU ». Après la publication de cet ouvrage, l’auteur a continué, lors de ses multiples voyages en Côte d’Ivoire, à enquêter sur cet événement. Mais, avant d’écrire à nouveau sur ce drame et rendre publiques de nouvelles informations, l’Institut souhaitait que le sujet soit traité devant la CPI. Compte tenu de la manière dont se déroule le procès, il ne paraît plus urgent d’attendre. Que soit remercié, ici, ceux qui ont aidé à la réalisation de ce rapport. Ils sauront se reconnaître.

Lire la suite

Sanctions économiques contre la Russie, l'arme de l'alliance transatlantique


08 sept, 2016 Bruno Husquinet

Résumé du rapport :

Depuis le printemps 2014, plusieurs vagues de sanctions ont été prises à l’encontre de la Russie, essentiellement par les Etats-Unis et l’Union Européenne. Pour la première fois de l’histoire, l’alliance transatlantique a élaboré en commun ces mesures restrictives, divisées en trois catégories : 

1 - sanctions politiques : visant à l’isolation de la Russie de différents forums internationaux et de systèmes de coopérations, notamment avec le G8 ou l’OTAN.

2 - sanctions individuelles : gel des avoirs et restriction de déplacement sur 200 entités environ. Elles ont été reconduites le 7 septembre 2016 par l’UE

3 - sanctions économiques : mises en  place  le 1er août 2014, suite au crash de la Malaysia Airlines, elles ont été renforcées le 12 septembre de la même année, suite à l’échec du Protocole de Minsk I. Ces sanctions économiques touchent trois secteurs stratégiques : tout d'abord la limitation d’accès aux marchés de capitaux qui empêche la Russie de financer d’importants projets, essentiellement dans le secteur énergétique. Ensuite, elles visent à réduire l’exportation de technologies dans le secteur de l’extraction énergétique ainsi que de bloquer le commerce de l'armement.

Lire la suite

Les grandes manoeuvres économiques


06 juil, 2016 Bruno Husquinet

Sanctions contre la Russie (3/3)

Plus de deux ans après, il existe deux lectures radicalement différentes sur l’histoire des événements en Ukraine.
Pour Moscou, la révolution ukrainienne est un coup d’Etat organisé par l’extérieur, dans la tradition des révolutions de couleurs puis des révolutions arabes. Le Kremlin dénonce cet interventionnisme visant à renverser illégalement des régimes et craint la contamination à l’intérieur de ses frontières. En Ukraine, il n’a pas hésité à intervenir pour défendre ses intérêts stratégiques en mer Noire. Il a donc tout fait pour y maintenir sa flotte, son accès aux mers chaudes et sa place au milieu de ce carrefour énergétique. L’inauguration d’un monument dédié aux « petits hommes verts », ces soldats russes sans insigne qui ont contribué aux changements politiques en Crimée, est la reconnaissance officielle de l’implication russe.
Pour Bruxelles et Washington, la Russie est devenue un Etat dont il faut se méfier depuis le retour de Vladimir Poutine à la présidence en 2012. Les deux capitales nourrissent des doutes profonds sur la nature démocratique de ce pays et sur la modernisation de son armée, surtout depuis le conflit de 2008 en Ossétie du Sud. L’axe transatlantique voit dans ses agissements une manœuvre géopolitique fusionnant les ambitions de la Russie impériale et soviétique. Il s’agirait donc de manipulations exercées par Moscou afin de déstabiliser certaines régions dans son voisinage proche et y imposer l'influence du « monde russe » tout en bloquant l’expansion de l’Otan. Ces accusations, sous forme de procès d’intention, ont jeté un froid sur les relations Est-Ouest. A ce jour, il y a peu d’éléments concrets qui étayent ces discours antagonistes, comme en témoigne l’imbroglio autour de la qualification juridique de la situation. Ignorant le principe fondamental selon lequel le fardeau de la preuve incombe à celui qui affirme (Affirmanti incumbit probatio), des sanctions ont été prises et ont enclenché une chaîne de réactions, engendrant un schisme en Europe. 

Lire la suite

Coup de grisou dans le Donbass


01 juil, 2016 Bruno Husquinet

Sanctions contre la Russie (2/3)

La première vague de sanctions économiques prise par les Etats-Unis et l’Union Européenne (UE) à l’encontre de la Russie reposent sur une lecture d’une agression russe en Crimée et d’une annexion illégale. Une deuxième série de mesures restrictives a été prise par le tandem USA-UE suite aux événements dans le Donbass. Ces nouvelles sanctions économiques, envisagées dès mars 2014 et mises en place à partir du mois d’août de la même année, sont officiellement justifiées par les « actions de la Russie déstabilisant la situation dans l’Est de l’Ukraine ». Du côté européen, ces mesures, initiées par le Comité des représentants permanents de l’Union Européenne[I], touchent trois secteurs : financier avec la limitation à l’accès aux marchés des capitaux [II]; militaire avec la mise en place d’un embargo sur le matériel; énergétique, avec notamment l’interdiction d’exporter matériel et technologie pour exploiter le gaz de schiste bitumeux et les eaux profondes de l’Arctique. Les enjeux énergétiques ont une place prépondérante dans cette crise. La levée de ces mesures qui nuisent à l’économie russe, mais également à l’économie européenne puisque le Kremlin a mis en place des contre-sanctions, est conditionnée au respect des accords de Minsk. Ces accords, en 13 points, reprennent les mesures destinées à réduire les violences : retrait de l’artillerie lourde, cessez-le-feu, rétablissement de l’unité du pays, en déterminant le statut du Donbass au sein de l’Ukraine et en rendant à Kiev le contrôle des frontières avec la Russie une zone actuellement aux mains des rebelles.

Un jugement prononcé par un tribunal de Kiev le 12 mai 2016 a fait chanceler les fondements de ces sanctions. En effet, la décision, très peu médiatisée, précise : « le tribunal n’a pas pu établir l’existence d’une agression armée russe, faute de preuves suffisantes »

Lire la suite

Crimée et châtiment


14 juin, 2016 Bruno Husquinet

Sanctions contre la Russie (1/3)

Voici quelques clefs de réflexion sur la  "guerre économique " en cours et ses origines. Cette première partie concerne la Crimée, la seconde étudiera la question du Donbass et la troisième analysera les sanctions elles-mêmes.

Après deux années, les raisons qui ont amené nombre d’Etats à prendre des sanctions à l’encontre de la Russie se dissolvent dans la complexité de la situation ukrainienne actuelle. Suite à la déclaration d’indépendance de la Crimée et au référendum pour son rattachement à la Russie en mars 2014, les Etats-Unis et l’Union Européenne lancent une première vague de sanctions qui reposent sur une lecture d’une agression russe en Crimée et d’une annexion illégale. Très rapidement, d’autres pays les rejoignent et progressivement, ces sanctions s’étendent pour se confondre avec celles liées aux événements du Donbass. Aujourd’hui, curieusement la levée de ce paquet global de sanctions est conditionnée par la mise en œuvre des Accords de Minsk, accords qui pourtant ne concernent pas la Crimée (I).
De son côté, la Russie lance des contre-sanctions, comme mesures de contre-attaque. 

Lire la suite

Après Alstom, à qui le tour ?


29 nov, 2015 IVERIS

Intervention de Leslie Varenne lors du colloque, du 26 novembre 2015, à l'Assemblée Nationale, organisé conjointement par le député Jacques Myard et Claude Rochet, professeur d'intelligence économique à l'université d'Aix-Marseille, et  l'institut Eurogroup.

Avant d’être une arme de déstabilisation des entreprises et par conséquent des Etats, le Foreign corrupt practices act, (FCPA), loi américaine sur la corruption étrangère, est une formidable machine à cash. Le nombre d’entreprises touchées et le volume des amendes infligées grâce au FCPA évoluent de manière exponentielle : en 2004, cette loi a rapporté 11 millions de dollars au trésor US, dix ans plus tard, ce sont plus de 1,5 milliard qui sont tombés dans les caisses de l’Etat américain. En outre, cette loi génère toute une économie de services, avocats, consultants, cabinets de conseils etc. On considère, par exemple, qu’un dollar d’amende correspond à un dollar dépensé en frais d’avocat. En 2014, le FCPA a donc créé à minima 3 milliards de dollars de richesse sur le sol américain. Le FCPA est un big business ! L’ancien chef adjoint du Departement of Justice (DoJ) chargé de l’application du FCPA, William Jacobson, a récemment déclaré : « Le ministère de la Justice a compris que les enquêtes sur les sociétés sont une entreprise lucrative. C’est le seul domaine d’activité gouvernemental qui rapporte réellement de l’argent. Nous parlons de milliards de dollars que le gouvernement est en mesure de recueillir. » Au vu de sa rentabilité, le FCPA est donc encore appelé à croître, c’est un point qu’il ne faut ni minorer ni perdre de vue. 

Lire la suite

La France peut-elle retrouver une politique étrangère indépendante ?


21 mai, 2015 Leslie Varenne

Colloque organisé le 21 mai 2015 à l'Assemblée Nationale par le député Jacques Myard. Le thème de ce colloque était : la France peut-elle retrouver une politique étrangère indépendante ?

Lire la suite

Racket américain et démission d'Etat


02 janv, 2015 Leslie Varenne, Eric Denécé

Le 19 décembre 2014, l'assemblée générale des actionnaires d'Alstom a autorisé la vente des activités de sa branche Energie à General Electric (GE). Une nouvelle fois la France a capitulé devant son allié américain en lui cédant dans des conditions litigieuses et rocambolesques les activités rentables et pour partie stratégiques d'un fleuron de son industrie.*

Lire la suite

Le trésor du Guide


01 janv, 2015 Leslie Varenne

 Libye : le casse du siècle

 

Dans les antichambres des guerres, raison d’Etat se conjugue souvent avec intérêts financiers. En Libye, comme ailleurs, les vainqueurs ont pillé les vaincus. Où se trouve le trésor du Guide ? Les libyens reverront-ils leur argent ? Deux ans après la chute de Tripoli, les véritables raisons de la guerre en Libye taraudent toujours les esprits. La France, le Qatar et leurs alliés ont-ils sauvé un printemps libyen, secouru les populations civiles et ramené la démocratie ? Grâce à une rente pétrolière rapportant 70 milliards de dollars par an, la Libye du colonel Kadhafi avait amassé une fortune colossale et investit des milliards de dollars un peu partout sur la planète. Une puissance financière qui lui permettait de jouer un rôle politique sur la scène internationale, particulièrement en Afrique. Le trésor du Guide a-t-il pesé dans le déclenchement de la guerre ou n’a-t-il été qu’une belle opportunité ?

Cette enquête a été publiée dans le magazine Long Cours en septembre 2013. 

Lire la suite